Retour

Black Friday ?
Non merci.

Il revient désormais chaque fin novembre en faisant toujours un peu plus de bruit : le Black Friday.  Cette période d’importantes promotions a-t-elle vraiment du sens ? Après tout, c’est peut-être au Québec que l’événement porte le mieux son nom : Vendredi fou

Mais d’où vient-il ?

L’origine de Black Friday est liée à une célébration américaine : Thanksgiving. C’est au lendemain de cette fête (le 4ème jeudi de novembre) que les enseignes proposent traditionnellement des remises spéciales et lancent la période des achats des fêtes de fin d’année.

Plusieurs explications donnent à ce vendredi sa couleur noire : les bouchons sur les routes après Thanksgiving, les heures supplémentaires pour les policiers américains ou encore l’occasion de sortir “du rouge” et  écrire à nouveau à l’encre noire des chiffres positifs.

Le phénomène est importé en Europe à partir des années 2010, principalement par les acteurs du e-commerce qui reprennent le concept des offres flash ce jour-là. On le comprend donc : rien de culturel de notre côté de l’Atlantique.  

Un impact discutable

Black Friday  connaît une ampleur croissante en France ces dernières années, battant des records successifs de ventes. Plus d’un français sur deux ont acheté lors de la dernière édition. 

Les secteurs qui surfent le plus dessus : la tech et la mode. Or il faut 70kg de matières premières pour fabriquer un smartphone ou encore 11 000 litres d’eau pour un jean. On réalise alors que cette brusque incitation à consommer plus (des biens dont on a vraiment besoin tout de suite ?) a des effets directs sur l’environnement. D’autant qu’en 2017, 70% du commerce lié à Black Friday était en livraison. 

“Je rêvais d’un autre monde”

En réaction au phénomène, des initiatives super cools ont vu le jour, nous incitant à prendre de la hauteur et réfléchir à comment nous consommons.

 

Giving Tuesday

  • Autre nom de code : Journée mondiale de la générosité et de la solidarité
    Naissance : aux Etats Unis en 2012. S’est rapidement internationalisé dans plus 100 pays. 
  • Objectif : célébrer et encourager le don. De quoi ? De temps, d’argent, d’objets, de nourriture, de sang, de compétences… Ou le don de soi si on s’appelle Otis.

Green Friday

  • Identité : un collectif d’entreprises françaises anti Black Friday
  • Cri de guerre : Ensemble, reprenons le pouvoir de l’achat 
  • Conviction :  les marques ont leur rôle à jouer contre la production excessive et irraisonnée. Ils appellent les entreprises à produire mieux et les consommateurs à… consommer mieux !

 

Lumière sur 3 marques inspirantes

Ils rendent les produits reconditionnés sexy et accessibles.

Ce qu’ils pensent du Black Friday, c’est leur cofondateur qui en parle le mieux ici.

  • Loom dans la mode 👕

Ils repensent la mode à l’envers !
C’est justement le nom de leur excellent blog. Foncez le découvrir.

  • Horace dans les cosmétiques 🧴 

Ils produisent de façon responsable en France et soutiennent activement des associations de préservation de l’environnement. Leur façon d’aborder l’événement cette année, c’est ça. Et c’est fort. 

Et dans la mobilité ?

Le Black Friday n’a pas épargné la mobilité, notamment partagée, et vous verrez passer des promos “à saisir tout de suite !”… 

Mais ça devrait être assez clair à ce niveau de l’article, chez Cityscoot on questionne le sens de cette soudaine injonction à consommer et ses effets directs et indirects. On passe donc notre tour et on préfère prendre un peu de recul. Est-ce que tout ça veut dire qu’on ne fera jamais de promo ? Non. Mais pas comme ça. 

Disons qu’on essaie d’être plus smart que ça.

Le cœur de notre mission est d’offrir à tous une alternative à la possession d’un scooter individuel (souvent thermique). Pour une ville plus propre, plus silencieuse, plus logique  🔃 Bref, plus smart

D’ailleurs le saviez-vous ? 

6% des utilisateurs déclarent que Cityscoot a influencé leur décision de réduire leur équipement en 2-roues motorisé (étude 6T).

Smart!

Et en coulisses ? Chez Cityscoot on effectue nos opérations en véhicules électriques et on recharge intégralement en énergie verte. Plus globalement, l’entreprise est signataire du Climate Act pour mesurer et réduire réellement son empreinte carbone.


Alors tous ensemble, marque et consommateurs, prenons du recul et misons plutôt sur un Smart Friday.

On continue la lecture ?

La ville facile

5 conseils pour affronter l’hiver en scooter

L’hiver installé, les températures ont baissé, il pleut régulièrement...

3 min de lecture

Tout sur Cityscoot

Aux origines de Cityscoot

Réserver un scooter en un clic en bas de chez soi et traverser la ville...

5 min de lecture

Mobilité urbaine

L’autonomie des batteries électriques : l’enjeu de demain

De plus en plus présentes dans la mobilité, elles n’ont pas fini de...

3 min de lecture

Téléchargez l’application

Pas encore utilisateur ? Téléchargez-la et accéder en un clic à des milliers de scooters électriques à Paris, Nice, Milan et Barcelone.